Les souvenirs de nos sejours

Avec toutes les colonies que j’ai vécues, j’ai plein de souvenirs rigolos en tête ! J’ai toujours pensé que le plus important dans la vie, et encore plus en colonies de vacances, c’est de rire beaucoup. Le plus souvent possible. Et vos petits loups m’ont toujours fait tellement rire !

 

Laissez moi vous parler de Théo. Je ne vous donne pas les vrais prénoms des enfants, ils sont grands maintenant et peut-être qu’ils tiennent à leur anonymat – mais ils se reconnaitront sûrement !
Théo est un enfant rêveur et un peu tête en l’air que j’ai accueilli dans ma maison à la ferme, avec plein d’autres enfants. Lorsque sa maman a confié Théo aux animateurs, elle les a bien prévenus : “Faites attention, Théo perd tout le temps ses lunettes ! Il faut bien surveiller qu’il ne les abandonne pas n’importe où !”. Théo est donc monté dans le bus avec ses grosses lunettes rouges très épaisses, et tous les enfants ont pris la route vers ma ferme.

Arrivés sur place, les animateurs ont fait visiter la maison aux enfants et comme il était tôt encore pour déjeuner, ils sont partis dans la forêt pour jouer tous ensemble. Théo avait encore ses grosses lunettes rouges sur le nez. Cléa, notre animatrice a organisé une super partie de sardines, et les enfants se sont amusés comme des petits fous (les sardines de Cléa sont légendaires). Cléa, à plusieurs reprises, a demandé à Théo de remettre ses lunettes car il les posait tantôt sur un rocher, tantôt sur un tronc d’arbre. A la fin, elle les a placées en sécurité dans sa poche et les a remises sur le nez de Théo au moment de retourner à la ferme. Sur le chemin du retour, Cléa s’est placée en tête de cortège et son collègue fermait la marche pour ne pas laisser d’enfant derrière. Théo avait encore ses lunettes rouges sur le nez.

Mais lorsqu’ils sont arrivés à la ferme, Cléa s’est retournée et a remarqué que la monture rouge vif de Théo n’était plus chaussée sur ses oreilles. Elle le fit remarquer à son collègue qui n’avait pas vu Théo retirer les fameuses lunettes pendant le trajet. Ils se sont alors rapprochés de Théo, Cléa s’est agenouillée à sa hauteur et lui a demandé : “Théo, où est-ce que tu as mis tes lunettes ? Tu sais bien que tu dois les porter ?”

Théo a regardé Cléa et lui a répondu très sérieusement : “Des lunettes ? Mais je n’ai pas de lunettes !”

Nos animateurs affolés ont donc passé la semaine à chercher les fameuses lunettes rouges de Théo, sans que Théo ne soit plus inquiet que cela : il ne portait pas de lunettes donc elles ne lui manquaient pas ! Cléa est allée voir tous les voisins et tous les intervenants de la ferme pour leur demander s’ils avaient vu une paire de lunettes rouges, et plusieurs fois elle a refait le chemin a pied jusqu’à l’endroit de la forêt où les enfants avaient joué. Heureusement, le dernier jour des vacances, un fermier est venu nous déposer les fameuses binocles rouges, au grand soulagement de Cléa. Lorsqu’elle a re-chaussé les lunettes de Théo sur le nez de celui-ci, il s’est exclamé : “Ah ! mes lunettes !”

Sacrée tête en l’air ce Théo. Mais aujourd’hui qu’est-ce qu’on rit en repensant au fameux : “Des lunettes ? Mais je n’ai pas de lunettes !”

 

Vivement les prochaines colonies de vacances

 

Tante Léonie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *